L'installation chez nous!
  

L'installation chez nous!

Grande, Brésil le 15/05/2012

 

Après avoir marché des heures le lundi à la recherche d’un logement et avoir visité des endroits aussi épouvantables que luxueux avec des loyers mensuels variant de 200 Reais (80 euros)  à 2400 Reais (1000 euros), nous avons finalement trouvé notre bonheur. Il s’agit d’une pousada, c'est-à-dire d’un hôtel ou auberge de jeunesse (tous les établissements hôteliers se nomment pousada au Brésil !!) mais c’est assez particulier. C’est divisé en 3 maisons. La première fait hôtel et bar-live music, la seconde fait auberge de jeunesse et la troisième est une maison indépendante. Nous sommes actuellement dans la deuxième jusqu’au 4 juin, puis nous aurons la maison indépendante ! Nous avons obtenu un bon prix pour l’ensemble. Les avantages de cet endroit sont nombreux : nous n’avons qu’à traverser la rue pour se baigner sur la plage da Concha, sommes  à 5 minutes à pied de Pitúba, la rue animée d’Itacaré et à 10 minutes de Libélula. Nous profitons de quelques avantages supplémentaires comme le ménage fait une fois par semaine et le prêt de serviettes et draps (ce qui évite d’en acheter !!).

Voir ci-dessous le lieu où nous sommes :

http://www.itacare.com/member/hotpage.php?adid=1518&lang=fr&hp=hotpage%3A%2Fitacare%2Fimages%2Fhotpage%2Fsandy_1328711741.jpg%3Fst%3Dfolhagem

Et la plage dont nous sommes (très très) proches :

http://www.itacare.com/itacare/praias/guia.php?lang=fr&praia=concha

Cet endroit est donc muito legal, comme ils disent toutes les deux phrases, ce qui signifie honnête/bien/bon (A vous de vous demander pourquoi ils ont besoin de préciser que c’est légal !!).

Lors de notre première soirée chez nous (héhéhé !), il y avait un concert de bossa nova pendant lequel notre propriétaire a chanté : c’était vraiment sympa ! Elle organise des soirées tous les lundis et vendredis.

 

Cela fait maintenant deux jours que nous sommes à Itacaré et nous nous sommes déjà rendus à Libélula trois fois, mais Francesca ne trouve toujours pas le temps de nous parler. Cela m’énerve, je prends sur moi, je sais que les choses prennent du temps ici…patience…

Nous avons discuté avec les deux bénévoles les plus engagées dans l’assoc : Juliana, une américano-brésilienne et Hannah, une belge (du côté hollandais !) de nos différents projets. Elles nous expliquent la manière dont Libélula fonctionne (les filles viennent quand elles veulent, parfois avec une heure de retard, ce qui peut être compliqué à gérer) et nous encouragent à prendre les choses en main (en d’autres termes «à imposer des activités» car Francesca est complètement désorganisée et ne le fera pas pour nous… !).

 

Contrecoup des deux jours précédents : sommes crevés.

 

Nous dînons sur la plage en face de chez nous d’une moqueca de poissons :du poisson frais, de l’huile de dendê (huile typique de la région de Bahia très forte en goût), crevettes, tomates, oignons, ail, huile d’olive et lait de coco…c’est un délice !! Tout cela accompagné d’une farofa de banana (farine de manioc grillée avec des bananes plantain). J’ai envie de dire : un plat muito legal !

 

Pour les photos d'Itacaré : c'est ici 

 

Commentaires

 Marie
à M. De Morais : en bonne «étudiante», j'ai bien compris la leçon!!:)AHAHAHA...merci.
 Ciro de Morais Rego
Marie, tu me gonfles. Ton commentaire sur l'expression "tá legal" est navrant, car il suppose une malhonnêteté congénitale chez tous les Brésiliens. C'est superficiel, arrogant et gratuit: tu n'en connais pas l'origine et ne t'es pas donné la peine de la chercher, mais tu balances avec légèreté une interprétation vaseuse qui ne fait que traduire un cliché et un préjugé bien ancré chez beaucoup de Français. Et il y a d'aures passages aussi, mais celui-là es le pompon. Un conseil: observe davantage et évite de tirer des conclusions trop rapides (et assez primaires, il faut le dire). Il y a encore beaucoup de choses qui t'échappent, tu peux. Fais comme les anthropologues, observe, tais-toi e essaie de comprendre. Bientôt une véritable empathie naîtra ? et le respect qui va avec; méfie-toi du regard trop "touristique". Bon courage, quand même.
 Ribeiro
Des photos, nom de Zeus !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Autres récits de voyage

Autres Recits en Brésil