Les débuts chaotiques à Itacaré

Grande, Brésil le 13/05/2012

 

Nous avons donc quitté Taipu De fora le 13 mai, jour de l’anniversaire de maman. C’était probablement le jour le plus chaud depuis que nous sommes arrivés au Brésil, 40º C au soleil plus ou moins. Voyager dans ces conditions (avec un chat !!) relève de l’exploit ! Taxi sur une piste de moto-cross en terre,  bateau rapide et bus. Nous arrivons à 13h30 à Itacaré, dans un état pitoyable, trempés de sueur et crevés. Là, la musique est extrêmement forte (comme partout au Brésil), des enfants craquent des pétards énormes qui me font l’effet d’une bombe toutes les 10 minutes (Coquette et moi sursautons à l’unisson)… et surtout impossible de joindre Francesca, la présidente de l’ONG avec qui nous avions RDV à la gare routière à 14h et qui ne répond pas à son téléphone. Cela ne commence pas franchement bien…douche froide ! Comme nous sommes chargés comme des ânes et que nous ne savons pas où aller et que faire, le stress commence à s’emparer de nous. Nous nous asseyons à l’ombre mais cela sent l’urine ; obligés alors de s’asseoir dans un bar avec de la musique assourdissante. Imaginez le tableau, un bar vers 14h avec coquette sur mes genoux, des bouchons d’oreille bleus dans les oreilles et Cris, qui malgré tout, rigole…si seulement vous aviez vu notre (celui de coquette et le mien) air dépité ! Mais ce n’est que le commencement des emmerdes…

 

Un chauffeur de taxi propose de nous emmener où elle travaille (elle est gynéco) mais comme nous sommes dimanche, cela nous fait simplement perdre encore davantage de temps…Il paraît qu’à la plage, cela ne capte pas…ah ok, on comprend mieux maintenant ! Bon nous allons chez elle, son mari ouvre le grand portail au bout d’un certain temps car il faut qu’il enferme les nombreux rottweilers, qui je cite : «pourraient tuer coquette». Après une demi-heure de discussions (le temps paraît beaucoup plus long quand on est crasseux et épuisé !), il propose de nous emmener vers une petite maison dans les bois qu’il possède où Francesca nous avait assuré que nous pourrons rester. Pour s’y rendre, rien de plus simple :une pente raide de terre boueuse (et sinon, on fait comment avec les bagages ?!), puis un chemin en équilibre sur des planches larges comme un pied (tout cela avec coquette sur ma hanche !) pour finalement arriver devant une petite maison dégueulasse devant laquelle un rottweiler (encore un !) monte la garde et qui ne possède aucun meuble ni aucun matelas. Deuxième douche froide…ou chaude plutôt ! Je crois que je vais pleurer ! Merci Francesca pour cet accueil, le pire de toute ma vie et merci de ne toujours pas répondre à ton téléphone !!!

Nous décidons donc de faire le chemin en sens inverse et de partir à la recherche d’une pousada…mais le portail de la propriété est maintenant fermé ; nous sommes  coincés, incroyable… nous hésitons entre les rires et les larmes.

 

Finalement, nous parvenons au bout d’un certain temps (à ce stade, j’ai perdu la notion du temps) à sortir et nous  nous arrêtons dans la première pousada que nous trouvons. A cause du chat, et après avoir visité tout l’hôtel, nous sommes relégués dans une cabine de plage. Résultat, nous aurons de la musique extrêmement forte jusqu’à 2h du mat et serons dans l’impossibilité totale de dormir ! Bienvenue à Itacaré ! La ville où on ne dort pas, où, même le dimanche soir, les fêtes n’en finissent pas…

Avant de conclure ce chapitre sur cette arrivée épuisante et angoissante à Itacaré, il me faut vous dire que nous avons décidé, une fois les bagages déposés, de nous rendre à Libélula. Surprise : ils étaient tous là en début de soirée ! Nous demandons à voir Francesca, elle nous dit bonjour, ne s’excuse pas, ne réalise visiblement pas le chemin qu’il nous aura fallu parcourir pour arriver jusqu’à elle (et sans aucune aide !). A-t-elle besoin de  nous, ne serait ce qu’un tout petit peu ? C’est la question que l’on est en droit de se poser à ce moment-là…

 

Commentaires

 Ribeiro
Formidable :-) depuis le temps que tu attendais cela !!!!! La suite, vite !
 Didier D
réellement besoin de vous et que depuis votre arrivée,tout va mieux pour vous trois (je n'oublie pas coquette,mais j'me d'mande c'qu'elle fait là..,n'est ce pas ma fille?)
Faites attention à vous et donnez des nouvelles:bonne idée ce blog.
Je vous embrasse et toi plus particulièrement ma fille chérie.
À bientôt.
 Didier D
Salut les jeunes..
Je vois que le métier d'aventurier rentre....!!!
Bon,j'espère que Francesca a



Autres récits de voyage

Autres Recits en Brésil